BROKEN HOPE – Mutilated And Assimilated

Ecrit par le 23 janvier 2018

Qu’est-ce qui fait un bon album ? La question mérite quand même d’être clairement posée, parce que plus j’avance, plus je lis, plus j’écoute et plus je critique, plus cet aspect me travaille. Est-ce qu’il existe des critères objectifs qui permettent de donner une base saine sur laquelle évaluer ce qu’on écoute, avant de transmettre son avis ?

Le problème est que la réponse n’est pas ausi simple qu’on le pense. Quand on voit que certains encensent MAYHEM, malgré une production toujours plus dégueulasse, que THEORY OF A DEADMAN, malgré une écriture proche du zéro, a trusté le top single aux Etats-Unis, ou que CLAUDIO CAPEO (non, ne cherchez pas, vos oreilles ne s’en remettraient pas) est dans les 5 albums les plus vendus en France, on se dit que ce qui est bon est forcément subjectif.

Sauf que non, ça n’est pas aussi simple que ça. Surtout quand on est face à « Mutilated And Assimilated » des américains de BROKEN HOPE.

BROKEN HOPE Mutilated Assimilated Album Cover

Sorti le 23/06/2017 sur Century Media Records.

Liens Utiles :

Tracklist :

01. The Meek Shall Inherit Shit
02. The Bunker
03. Mutilated and Assimilated
04. Outback Incest Clan
05. Malicious Meatholes
06. Blast Frozen
07. The Necropants
08. The Carrion Eaters
09. Russian Sleep Experiment
10. Hell’s Handpuppets
11. Beneath Antarctic Ice
12. Swamped-In Gorehog (S.I.G. 25th Anniversary Tribute)

Line-up :

Damian « Tom » Leski (Chant)
Matt Szlachta (Guitare lead)
Jeremy Wagner (Guitare rythmique)
Diego Soria (Basse)
Mike Miczek (Batterie)

BROKEN HOPE Band Banner

Finalement, pour tout défoncer, rien ne vaut les classiques.

Quiconque suit un peu la radio, sait que le brutal death et moi, ça fait complétement deux. Je n’éprouve pas pour ce style le même degré de non intérêt total que pour le black metal ou le deathcore monocorde à la EMMURE, mais à part les plus gros représentants du style, CANNIBAL CORPSE, que j’apprécie à petite dose de temps en temps, ça ne m’a jamais transcendé. C’est donc avec une naïveté presque candide que je suis parti à la découverte de cet opus.

Et quelle ne fut pas ma surprise que de m’apercevoir, après la première écoute, que j’avais déroulé « Mutilated And Assimilated » d’une seule traite. A tel point que les écoutes suivantes se sont avérées toujours plus plaisantes. Donc là vous vous dites « bah tu vois Gus, tu as bien aimé, tu dis que c’est bien, donc c’est subjectif ». Ce à quoi je réponds : « On se calme pitchoune, et on lit jusqu’au bout. ».

Parce qu’effectivement j’ai apprécié cet album. En lieu et place de la démonstration technique fadasse en règle qu’est le brutal death, BROKEN HOPE préfère ici des riffs qui viennent écraser son auditeur comme les chenilles d’un char d’assaut. Une violence rythmique faite de coups de madrier qui viennent fracasser des nuques. Le tout saupoudré par un chant growlé heureusement incompréhensible. Oui je dis heureusement, parce que les paroles sont… appropriées au style on va dire. Ça serait mentir que de prétendre que les américains font dans la dentelle, puisqu’on a ici affaire à 40 minutes de brutalité assumée et de death metal au groove omniprésent et monolithique.

BROKEN HOPE Band Photo

Sauf que ça c’est la première lecture, d’un non initié. Parce qu’à y regarder de plus près, ça ne rend pas forcément l’album bon, ça veut juste dire qu’il m’a parlé. Regardons dans ce cas d’un côté purement technique.

Déjà la production, réalisée par Jeremy Wagner lui-même. On est sur un mix impeccable. On sent derrière chaque morceau toute la recherche sonore du musicien pour atteindre un son bien spécifique. Tout est dosé à la note près et permet donc de réaliser en un instant qui fait quoi et dans quel but. On se prend donc d’un seul bloc toute l’expérience du groupe qui sait où il va. Cela permet donc d’avoir une grosse sensation de cohérence. La production reste le liant de l’album et ça fonctionne.

Maintenant l’écriture, peut-être le seul vrai problème de l’album. En recherchant à tout prix à rendre « Mutilated And Assimilated » homogène, BROKEN HOPE perd en spontanéité. Au fil de l’écoute on réalise qu’on est obligé de se reposer sur les interludes pour comprendre qu’on a changé de morceau. Hormis une ou deux, les chansons restent assez peu mémorables. Par contre, l’ensemble reste suffisamment intelligent pour être réécouté et nous permettre de repérer les éléments qu’on a raté les fois précédentes et il y en aura forcément, croyez-moi. On est donc là sur un résultat un peu plus mitigé.

Au niveau stylistique, l’album ne réinvente en aucun cas le Brutal Death mais ce n’est vraiment pas son objectif. On reste clairement dans les thèmes classiques, sexe, horreur, mort qui sonne exactement comme vous l’imaginez, qui laisse toujours cette impression de malaise façon « il a pas osé dire ça, si ? », mélangée à un sentiment de coolitude transgressive. Un schéma attendu de vitesse, de double pédale, de blasts beats (pas omniprésents non plus, on peut donc respirer) et de growl death plutôt dans les canons ricains de ces dernières années. Selon ce qu’on recherche, on pourra donc y trouver son compte.

Si on fait la synthèse, qu’est-ce qu’on peut dire ? Si vous cherchez le nouveau classique qui redéfinira le brutal death et que tout autre démarche vous ennuie, passez votre chemin. Si vous cherchez à découvrir le style, par curiosité, allez-y, vous y trouverez votre compte. Enfin, si vous êtes un adepte du genre et que vous êtes à l’affut d’une sortie solide qui suinte la passion, la détermination et l’amour du death metal, clairement on est sur votre came.

En conclusion qu’est-ce qui rend un album bon ? Finalement je ne sais pas. C’est un mélange d’attente, de ressenti, de qualités inhérentes à chaque genre. A son niveau le plus fondamental, « Mutilated And Assimilated » est bon. Après 30 ans de carrière, le travail du groupe de Jeremy Wagner, frappe comme il faut là où il faut sans chercher à tout réinventer. L’objectivité ayant ses limites, subjectivement, on a là une découverte que je ne regrette absolument pas, qui mérite qu’on lui prête une oreille et que je recommande vivement. 40 minutes généreuses, pour un groupe qui n’a clairement pas fini de surprendre.


L'avis des lecteurs

Répondre

Votre adrésse mail ne sera pas publiée Les champs requis sont indiqués *


Real Rebel Radio

La Voix du Rock

Current track
TITLE
ARTIST

Background