Interview London In Paris – BOY FROM THE CROWD

Ecrit par le 17 août 2017

Dans le cadre de la soirée London In Paris, organisée le 7 Septembre à l’Alimentation Générale, Real Rebel Radio, en partenariat avec Public Pressure, vous propose d’en découvrir plus sur les groupes qui viendront directement depuis l’autre côté de la manche pour enflammer la nuit Parisienne.

Pour ce faire, nous avons posé quelques questions au trio BOY FROM THE CROWD.

BOY FROM THE CROWD
BOY FROM THE CROWD 3

« De base, DIY […] c’est aussi un état d’esprit et une volonté d’être indépendant et de ne pas compromettre la musique »

Real Rebel Radio : Bonjour et merci d’avoir pris le temps de répondre à nos questions! Pour nos auditeurs qui ne vous connaissent pas encore, pouvez-vous nous en dire plus sur vous?

BOY FROM THE CROWD : Nous sommes un trio qui vient du Nord-Est de Londres. Nous avons commencé en duo, mais nous sommes désormais trois.
On peut dire que nous faisons du Heavy Blues/Garage Blues à tendances punks. On nous a récemment décrit en disant : « ils sonnent comme si THE CRAMPS et THE BAD SEEDS faisaient la fête dans un parking » et ça nous correspond plutôt bien.

Rx3 : Etant donné tout ce que le terme “underground” recouvre, où vous situez vous dans cette scène?

BFTC : C’est une bonne question. Aujourd’hui tout est « underground » et les marques sont ravis d’utiliser ce label pour s’approprier rapidement les modes. Alors être underground et rester underground n’a plus trop de sens et ne veut plus dire grand-chose. Je pense que nous sommes underground simplement parce que nous sommes un petit groupe, sur un petit label indépendant, sans soutien marketing ou aide extérieure. C’est très DIY et les groupes avec lesquels nous jouons sont aussi comme ça.

« Je pense que nous sommes underground simplement parce que nous sommes un petit groupe, sur un petit label indépendant, sans soutien marketing ou aide extérieure. »

Rx3 : Aujourd’hui la scène alternative britannique compte parmi les groupes les plus intéressants. Selon vous, qu’est-ce qui pousse les musiciens Anglais à continuer d’expérimenter avec le rock’n’roll ?

BFTC : Je pense que ça sonne plus classe et plus glamour que ça ne l’est réellement. Il y a une tonne de groupes qui sonnent pareil, qui font le même truc sans aucune originalité. Ce qui est vrai avec la scène alternative anglaise, c’est que tu trouves toujours différents courants et que de temps à autres tu tombes sur quelques groupes qui ont vraiment leur son et qui se distinguent des autres. C’est comme ça que RADIOHEAD ou MY BLOODY VALENTINE ont transformé des scènes entières par exemple, mais peut-être qu’aujourd’hui c’est plus rare, je ne sais pas.

Rx3 : Il y a eu une résurgence de l’esprit “DIY” ces dix dernières années. Qu’est-ce que cet aspect du rock signifie pour vous ?

BFTC : De base, DIY signifie que tu n’as pas du tout le choix, tu n’as pas beaucoup de soutien ni de moyen et tu dois bosser dur pour y arriver. Il n’y a rien de très glamour là-dedans. Bien sûr c’est aussi un état d’esprit et une volonté d’être indépendant et de ne pas compromettre la musique, tout ça c’est vrai.
Par contre, je ne connais pas un seul groupe qui refuserait les services d’un bon manager qui pourrait les faire progresser. De mon point de vue, il y a beaucoup d’hypocrisie sur ce sujet dans la communauté DIY.
Pour les labels, oui, c’est vrai. Les groupes y réfléchissent à deux fois avant de signer dessus, surtout parce que les contrats sont nuls et que finalement, si tu sais trouver le temps et le budget promotion, tu peux en faire beaucoup par toi-même.
Nous sommes sur Public Pressure Records et c’est une bonne place pour nous à ce stade. Nous sommes totalement libres. Même s’ils nous aident quand on leur demande quelque chose, tout le reste, on le fait nous-même. On n’a même pas de contrat signé. C’est basé sur une poignée de main et sur l’envie de grandir ensemble.

Rx3 : Vous allez jouer à Paris le 7 Septembre pour la toute première édition de “London In Paris”. Qu’est-ce que vous attendez le plus de cette date ?

BFTC : Un peu tout vraiment. Ça sera fun de voyager et de trainer avec les autres groupes. Je crois qu’en tout on sera 13 sur la route. Ça devrait être un très bon moment. Bien sûr on est très impatient de faire cette date et d’avoir notre première fois avec le public Français.

Rx3 : Merci pour ces réponses! Est-ce que vous avez un dernier mot pour vos fans Français?

BFTC : Soyez présent ! On prépare tous un concert très spécial et je sais que le niveau d’exigence des trois formations sur l’affiche est très élevé. Chaque groupe propose quelque chose d’unique. Ça sera tout sauf ennuyeux. On est impatient de vous rencontrer le 7!

Crédits : Les photos de cet article proviennent du compte Twitter du groupe ou du site underthespeaker.


L'avis des lecteurs

Répondre

Votre adrésse mail ne sera pas publiée Les champs requis sont indiqués *


Real Rebel Radio

La Voix du Rock

Current track
TITLE
ARTIST

Background