LULL – The Epilogue

Ecrit par le 17 septembre 2014

Besoin de douceur pour recommencer l’année ? Besoin de sucre dans ton café ? Besoin de coton pour y ranger ton petit coeur meurtrit par les transports en commun, ton patron, ta déclaration d’impôts…? Un peu blues, un peu rock, beaucoup folk et totalement prenant, LULL, aka Florian Pessin, apporte dans cette rentrée 2014 un brin de mélancolie et un grosse dose de douceur et de poésie. « The Epilogue » est son premier album, après une série de 4 EP.

Imagine que RAY LAMONTAGNE et le groupe MORIARTY, dans une joyeuse partouze musicale, aient un enfant. Cet enfant, ça serait LULL.

LULL-The-Epilogue

Sorti le 15/09/2014 chez Chancy Publishing.

Liens Utiles :

Tracklist :

01. Wasted Afternoons
02. I Don’t Get It
03. The Life We Want
04. Young And Stupid
05. Heartbreak Has No Warning
06. Raise My Soul
07. You Can’t Make Rain Anymore
08. NO Guarantee
09. Wasted Afternoons (reprise)
10. Stay Tuned Tonight
11. It’s Allright Now
12. The Sun

Line-up :

Florian Pessin (Guitare, chant, écriture)
Rémi (Guitare)
Fanny (Violoncelle)
Thomas (Batterie)
Franck (Basse)

LULL-Florian-Pessin

Soft kitty, warm kitty…

Song-writer, guitariste, chanteur, folkeux pur souche, LULL, alias Florian Pessin sort aujourd’hui son premier album, « The Epilogue ». Mais le jeune homme n’en est pas à son coup d’essai, puisque l’aventure LULL remonte à 2007.

Cette année-là, Florian choisit le pseudo LULL, parce que RADIOHEAD et « Ok Computer » hantent son esprit et sa discothèque. Il commence à composer, sort ses premiers morceaux, arpente les salles, écrit en anglais, part vivre à New-York, revient en France, joue dans des festivals… Il sort un EP, puis deux, puis trois et enfin, le quatrième, en 2013, « Wasted Afternoons », morceau que l’on retrouve en ouverture de « The Epilogue ».

Avec toutes ces expériences musicales et humaines en tête, LULL construit son identité artistique. Lorsqu’il revient en France, il choisit de s’entourer de musiciens pour enrichir son univers. Rémi (guitare), Fanny (violoncelle), Thomas (batterie) et Franck (basse) le rejoignent. La formation est à géométrie variable sur scène, mais toujours cohérente dans sa mise en valeur des morceaux.

C’est porté par l’énergie de ce nouveau groupe qui fera son premier concert en mars 2012 en première partie d’ELYSIAN FIELDS que LULL entame l’écriture de « The Epilogue », qui sort ce 15 septembre.

Alors ce premier album, ça donne quoi, me demanderas-tu ?

Ça donne un folk doux, teinté de sonorités parfois blues, parfois rock, des balades sucrées et des morceaux parfois un peu plus rythmés. Ca donne une sort de BO de film dont tu pourrais être le héros. Genre, une comédie un peu romantique où tu aurais du mal à pécho parce que tu as un peu la lose, mais où tout est bien qui fini bien quand même.

« The Epilogue » ouvre sur le single « Wasted Afternoons » et on y découvre la voix de LULL, légèrement éraillée, singulière, prenante. Le fils de RAY LAMONTAGNE, je te dis ! On entre sans cérémonie dans l’univers de l’artiste, on y est plongé dès la porte d’entrée et on continue la visite par « I Don’t Get It », qui part plus du côté folk. On revient vers le blues avec « The Life We Want », avant d’arriver sur « Young And Stupid », qui pourrait servir totalement de BO à une comédie romantique un peu léchée. Guitare acoustique, chant doux, arrangements subtils et discrets… ce morceau a tous les ingrédients qu’il faut pour faire vibrer un cœur un peu fleur bleue.

L’album enchaîne ainsi les moments de poésie, parfois doux, parfois plus vifs, plus amusants, plus mélancoliques. « The Epilogue » est une alternance d’émotions. On est profondément ému par la douceur de « Rise My Soul », on est revigoré par le rythme de « You Can’t Make Rain Anymore », on rêvasse sur la reprise de « Wasted Afternoons », et on sortirait presque le Stetson et les éperons à l’écoute de « Stay Tuned Tonight » !

L’album est annoncé comme un album de chansons « cinématographiques » et c’est totalement vrai : chaque morceau nous emporte dans une scène que l’on aurait imaginée et dont il serait la bande originale.

Avec ses douze morceaux, « The Epilogue » parvient à un équilibre entre le folk, la soul et le rock et nous emmène dans une bulle de douceur. Un doudou musical idéal pour une rentrée sereine.

LEELOO.


L'avis des lecteurs

Répondre

Votre adrésse mail ne sera pas publiée Les champs requis sont indiqués *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continuer la lecture

Current track
Title
Artist

Background